3 conseils avisés d’un entraineur professionnel aux coaches amateurs

"100% Conseil" Cachet (vert)

Suite à mon passage à Paris durant quelques jours pendant la trêve hivernale, j’ai eu l’occasion d’aller voir un entrainement de mon ancien entraineur des U17 nationaux au Paris St Germain, J.L. Vasseur, actuel entraineur de la ligue 2 au Paris FC depuis quelques semaines. Après sa séance, il m’a accordé plus d’1heure de son temps malgré son emploi du temps chargé pour échanger avec moi et me dispenser quelques conseils. J’étais accompagné d’un ami qui lui aussi est éducateur et titulaire du BE1. Dans cette discussion, 3 conseils précieux nous ont été donnés par le coach Vasseur pour les entraineurs d’équipes de niveau amateur.

1- La curiosité

Pour lui, c’est la qualité que devrait posséder tout coach passionné et ambitieux. Aller voir ce qui se fait ailleurs, beaucoup se documenter et ne pas hésiter à expérimenter des nouvelles choses à l’entrainement. Afin de voir ce qui marche et ce qui ne marche pas. Il est vrai que si l’on ne teste pas on ne saura jamais s’il existe des choses meilleures que ce que l’on propose déjà. Même si au final la séance est ratée, on sera au moins fixé sur ce nouvel exercice. Faut- il l’améliorer, l’abandonner ou le conserver parce qu’il répond à nos attentes ? En gros, ne pas hésiter à sortir de sa zone de confort. Le nouveau fait peur mais il n’est pas forcément mauvais et surtout il ouvre l’esprit.

2- Intégration du ballon au maximum dans les séances même à dominante athlétique

Pour le coach Vasseur, la différence au niveau amateur s’effectue sur le plan technique, donc plus un joueur touchera le ballon à l’entrainement et plus il progressera techniquement. Il préconise donc autant que l’on peut de travailler l’aspect physique avec ballon, la coordination avec ballon, l’endurance et même la puissance avec ballon. Souvent, avec 2 entrainements voire 3 par semaine, il est très difficile de faire une séance sans ballon alors que les joueurs viennent à l’entrainement après le boulot pour se faire plaisir. Donc à l’entraineur de se creuser un peu les méninges pour faire de sa séance une séance motivante, même si elle est à dominante physique. En adaptant les distances d’un terrain, le nombre de joueurs ou encore le temps de l’exercice, on peut passer très facilement d’un travail d’endurance à un travail de puissance tout en faisant du jeu.

3- Travail de la transition offensive/ défensive (à la perte de balle)

Dans le football actuel, il y a très peu de but marqués par une équipe en partant de la relance du gardien (sauf le Barça de Guardiola me direz- vous !). La plupart des buts sont marqués dans un laps de temps très court suite à une perte de balle, si notre équipe était en possession du ballon, ou sur une récupération de balle, si notre équipe n’avait pas le ballon. Plus le laps de temps est long et moins le pourcentage de réussite de l’action est faible. Le coach Vasseur nous a donc recommandé de travailler la défense par l’attaque. Je m’explique, comme je l’ai déjà évoqué dans mon e-book « l’intelligence collective – 5 principes essentiels pour améliorer le collectif de votre équipe », on n’est jamais autant en danger que lorsque notre équipe est en possession du ballon. En effet, nos joueurs, portés vers l’offensive sont écartés en occupant au maximum la largeur, et étirés sur la longueur pour gérer aussi la profondeur du terrain. Donc, en cas de perte de balle l’équilibre de l’équipe n’est plus présent et si le temps de réaction est faible et la réorganisation du bloc équipe lente, l’adversaire a toutes ses cartes à jouer pour effectuer une contre attaque ou attaque rapide qui risque de faire mal. Ainsi, il est essentiel de travailler la capacité de notre équipe à reformer ce bloc et à ralentir l’adversaire dès la perte du ballon. C’est pour cette raison que le travail défensif, après avoir enseigné préalablement les bases tactiques défensives à vos joueurs, doit se faire selon lui, non pas quand l’adversaire a le ballon mais quand votre propre équipe l’a et va forcément le perdre sauf si elle arrive à marquer sur une attaque placée. Cependant, en règle générale et pour l’avoir testé à l’entrainement sur des séries de 10 ballons sur attaque placée, le nombre de buts marqués par cette équipe ne dépasse que rarement 3 réalisations, même quand l’adversaire est en infériorité numérique. Vous voulez travailler l’aspect défensif de votre équipe à l’entrainement, alors donnez- leur le ballon et pour qu’ils soient obligés de réagir encore plus vite, donnez la possibilité à l’équipe adverse de pouvoir marquer sur plusieurs buts ou sur des cibles sans gardien durant un court laps de temps après la récupération de balle (3 à 4 secs) pour accentuer une réorganisation rapide de votre bloc équipe. Passé ce laps de temps l’équipe ne pourra marquer que sur un seul but. Ce type d’exercice obligera l’équipe que vous voulez faire travailler à vite cadrer le porteur de balle, vite se réorganiser et ceci dès la perte de balle pour ainsi être plus réactif lors du match.

Voici donc les 3 conseils que m’a recommandé mon ancien entraineur Jean-Luc Vasseur, actuellement en charge de l’équipe première du Paris FC (Ligue 2), et que je vous partage à mon tour :

1- La curiosité
2- L’intégration du ballon au maximum dans les séances même à dominante athlétique
3- Travail de la phase de transition offensive /défensive (lors de la perte de la perte de balle)

Dites-moi dans les commentaires ci- dessous votre avis à ce sujet.

A bientôt.

2 thoughts on “3 conseils avisés d’un entraineur professionnel aux coaches amateurs

  1. Raphaël Homat -Préparateur Mental

    Article très intéressant,
    merci pour le partage.
    Raphaël homat

    • Teddy - Foot Coaching Gagnant

      Merci à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *